Visite subjective de l’expo Ripostes ! en compagnie de Laurent Jeanpierre, David Dufresne et Susanna Shannon

Par David Dufresne, 12 janvier 2024 | 392 Lectures

Sans chercher à proposer des conclusions définitives, elle questionne le rapport des organisations d’extrême-gauche à l’illégalisme et à la violence, symbolique ou réelle, dans un contexte de raidissement de l’État (effets de la « loi anti-casseurs » votée en juin 1970 ; politique de Raymond Marcellin, ministre de l’intérieur ; etc.). Elle est construite de manière à restituer prioritairement les points de vue — fondés sur une mémoire et une culture politiques, mais relevant aussi de réflexions plus philosophiques — les répertoires d’action et les interrogations de ceux qu’on nommait alors « les militants » (membres d’organisations politiques, jeunes, ouvriers, paysans, travailleurs immigrés, artistes, intellectuels, etc.). Avec une distance se voulant pédagogique, elle rend compte, ainsi, de la diversité des politiques de riposte — de la désobéissance civile et des actions non-violentes à la tentation de l’action armée en passant par de multiples expériences de contestation et d’insubordination.

Ce retour, par les archives, sur les années Pompidou telles que vécues par la gauche extra-parlementaire devrait contribuer à éclairer notre présent. Nombre de questions soulevées alors restent en effet d’une grande actualité, qu’il s’agisse par exemple de la dénonciation de la violence « légitime » de l’État, de l’invention de nouvelles formes de mobilisation, du sort réservé aux militants ou de l’engrenage répression/radicalisation.

Commissaires de l’exposition : Philippe Artières, historien des XIXe et XXe siècles au CNRS (IRIS, EHESS), et Franck Veyron, responsable du département des archives de La contemporaine.

ABONNEZ VOUS AU BULLETIN ALÉATOIRE SOUS PLI DISCRET
Agenda

Journée Internationale des Droits Humains | Ville de Lyon

En route !